Le système de santé mexicain

Le système médical mexicain en théorie ressemble au système français. En pratique, il est beaucoup moins avantageux.

Dans les grandes lignes, le système de santé mexicain est proche de celui de la France :

  • Sécurité sociale obligatoire : IMSS, qui est l’assurance maladie obligatoire légale. Elle est octroyée systématiquement par les entreprises mexicaines à tous leurs salariés.
  • Mutuelle : GMM (Gastos Medicales Mayores) qui sont les coûts médicaux complémentaires, système privé payé par certaines entreprises, pour leurs salariés.

Les étrangers, salariés en contrat local, devront donc s´assurer que leur entreprise cotisent pour eux à une mutuelle. Si non, vous pouvez négocier un complément de salaire pour y souscrire vous-même. Quelle qu’elle soit, analysez bien ce qu’elle couvre avant d’aller vous rendre à l’hôpital et d´engager des frais.

Au quotidien, l’hôpital public au Mexique, est bondé. Les médecins y sont débordés. Cause ou effet : ce sont les plus abordables financièrement. Mais les soins n’y sont pas de qualité. Dans les cliniques privées, les médecins qui y exercent sont très compétents. Le prix pour se faire soigner s’en ressent : inaccessible au Mexicain moyen.
Être et rester en bonne santé au Mexique coûte très cher.

Si vous êtes embauché en contrat local. Un conseil : budgétisez vos frais de santé dans la mesure du possible.

Différence de “traitement” entre le public et le privé au Mexique : anecdote personnelle

Les salariés expatriés par leur entreprise ont une mutuelle d’emblée avec leur entreprise. Ainsi vous réglez 100% des frais médicaux à la sortie. Demandez un “recibo” ou une facture. Vous envoyez l’original à votre mutuelle et elle vous rembourse. Conservez impérativement une copie de toutes vos factures médicales.

Un jour, alors que j´étais enceinte de 5 mois, mon mari fait une grave allergie à l’iode. Devant l’urgence de la situation, nous nous rendons directement chez le généraliste le plus proche.
Dans les pharmacies mexicaines, se trouve toujours un médecin. D’ailleurs ne demandez jamais un conseil médical à un pharmacien, ce n’est pas sa vocation de vous répondre, allez plutôt voir le médecin qui y exerce – si la suite de ce récit ne vous refroidit pas ! Pour information, parmi les pharmacies les plus connues avec médecins, au Mexique, sont les « farmacias del Ahorro » et les « farmacias Similares » (les week-ends, le plus souvent la mascotte de cette dernière, appelée Doctor Simi, fait son show pour attirer les clients : ici à Coyoacan)
Doctor Simi
Nous connaissons l’endroit, donc allons directement vers la salle d’attente. A peine assis dans cette petite salle sombre, qu’une veille femme, courbée, aux cheveux gris, et aux mains pleines de rhumatismes, sort du cabinet. Elle semble percevoir immédiatement le mal de mon mari. Elle m’écrit le nom du médicament nécessaire et m’envoie l’acheter à la pharmacie attenante. En revenant, mon mari lui a déjà confirmé son problème. Elle ouvre la bouteille que je viens de lui ramener. Elle tourbillonne dans son petit cabinet médical et nous avoue, ennuyée, qu’elle ne trouve pas l’élastique à garrot. Je lui propose celui de mon pantalon de grossesse. Elle accepte, injecte le médicament : enfin mon mari va être soulagé.
Après avoir réglé 50 pesos (soit 3 euros !!!!!), elle place énergiquement le petit récipient non utilisé du médicament, dans ma main. “Tiens, tu lui réinjecteras si besoin”. En regardant cette poudre, je lui rétorque “mais ce n’était pas le principe actif ?”. Elle se lève, tourne sur elle-même encore, et s’écrie : “como”, “como”? (comment, comment ?). Elle sort du cabinet, pour acheter un second médicament. Elle mélange cette fois le principe actif au diluant et injecte le tout à mon mari, sans l’aide d’un quelconque garrot, cette fois. Nous pouvons repartir chez nous et attendre que le remède fasse effet.
Une heure plus tard, aucune amélioration : nous nous rendons finalement à l’hôpital privé. Placé, en urgence dans un box individuel sur un lit très confortable, sous perfusions d’actifs efficaces, mon mari désenfle en 10 minutes.
« ¿Quien sabe lo que hubiera pasado? » (qui sait ce qui se serait passé) sans cette clinique privée, hors de prix pour un Mexicain et dont les frais ont été intégralement remboursés par la mutuelle française ?! Quelle chance d’être expatriés.
En conclusion, vous ne prenez aucun risque à partir en expatriation au Mexique, envoyé(e) par votre entreprise. Vous n’avez qu’à choisir votre clinique privée, elle sera compétente pour vous soigner.

Vous avez aimez ? Faites-le savoir grâce aux icônes ci-dessus, et partagez cet article à qui pourrait être intéressé et à qui vous voulez du bien !

Melanie Simon Raze
Mélanie est spécialiste de l'accompagnement professionnel des expatriés. Elle l’a été 4 fois en 12 ans, en Europe et en Amérique Latine, ayant endossé les 3 profils de salariée en mobilité internationale, conjointe expatriée, employée en contrat local, elle a 12 ans d’expériences professionnelles dans des groupes internationaux, à des postes de niveaux cadre et manager.
Fondatrice de la structure Expat2work, Coach carrière et en développement personnel, elle accompagne professionnellement les expatriés en Amérique Latine notamment, mais aussi dans d'autres pays, ses conseils pouvant s'y appliquer.
Reconnue pour son dynamisme, son professionnalisme et sa sympathie, elle vous guidera efficacement, jusqu'à l'atteinte de vos objectifs personnels et professionnels sur place.

Comment réussir votre expatriation ?

Rejoignez la communauté
des expats actifs
Restons interconnectés
et unis pour ne pas s'isoler !
  • Facebook
  • Linkedin
  • YouTube
  • Twitter

Accompagnement Expat2work